centrale-nucleaire_782x439

Prolonger la vie des centrales nucléaires, une énorme bêtise

Notre actuel président de la République, Monsieur Nicolas SARKOZY, fait à mon avis, une énorme bourde (pour rester poli) en décidant de rallonger la durée de vie des centrales nucléaires françaises. Le problème de cette erreur est qu’elle engage les générations futures pour des centaines d’années. J’aimerai bien savoir ce que penseront nos descendants de ces dirigeants pros nucléaires.

J’appuie mon raisonnement sur une évidence : l’homme est faillible.

Or, tout ce qui est fait en ce moment à propos du nucléaire ne semble pas en tenir compte. Les catastrophes de Tchernobyl et Fukushima ne semblent pas avoir porté leurs fruits.

Nous considérons que rien ne peut nous arriver, parce que nous sommes les meilleurs ! Cela me fait penser à ce travers humain qui ne conçoit les choses que lorsqu’elles sont proches. Le Japon est bien loin. Comme toujours, c’est le « ça n’arrive qu’aux autres » qui prime. Fascinant.

Mais on peut aussi se consoler (si c’était possible) en voyant que notre président n’est pas le seul à vouloir faire des bêtises. Les États-Unis, dans leur course effrénée à toujours plus de consommation ont autorisé jeudi dernier pour la première fois depuis 1978 la construction de nouveaux réacteurs nucléaires.

Nous aurons donc dans quelques années d’autres catastrophes nucléaires, une fois que toutes les retombées de Fukushima se seront tues. L’homme baissera une nouvelle fois sa garde et de nouveau se plantera son propre sabre dans le pied. Des régions entières de la planète seront contaminées pour des centaines d’années. Tout cela pour quoi ? La sacro-sainte croissance, le résultat de la consommation à marche forcée.

Les lobbys, pourvoyeur de peurs.

Les lobbys en général s’incrustent partout où le profit peut exister. Ces hommes et femmes construisent des réseaux qui vont instiller une idée dans l’esprit des gens. L’idée est à chaque fois basée sur la peur du manque. « Si vous ne faites pas ceci, vous perdrez cela ». « Si vous n’avantagez pas le nucléaire, vous perdrez des emplois ». Cela fonctionne parce que le politique a peur de ses électeurs et les électeurs fuient leurs responsabilités en espérant que le politique va tout régler.

À mon sens les lobbyistes sont des autistes. Ils n’ont pas idée de la place qui est faite à l’homme dans la lignée du vivant. Plutôt que d’en être content et d’en profiter, ils s’arrangent pour souiller leur milieu vital. En prenant un peu de recul, on s’aperçoit que ce comportement est petit et bien triste. Et dire qu’ils se croient intelligents. Ils sont certainement très bons dans leur capacité à réseauter et influencer, mais après ?

Blocage de l’innovation

De plus cette bêtise monumentale de prolongement de la vie des centrales, va nous conforter dans notre cocon toxique. L’être humain est capable de beaucoup, mais souvent le réalise quand il est au pied du mur. Repousser l’échéance ne fait que rajouter des risques inutiles à une blague qui a déjà suffisamment duré.

La blague du nucléaire.

  • Pas d’émission de gaz à effet de serre. Faux si l’on prend en compte l’ensemble du cycle de vie de la filière.
  • Une énergie peu onéreuse. Idem que pour le point précédent.
  • Une indépendance énergétique face au pétrole. Encore faux. C’est vrai aujourd’hui à condition que l’on ne prenne pas en compte le fait que nous allions chercher notre uranium chez les autres. Mais à long terme c’est faux du fait de la raréfaction du minerai.
  • Pas de risque. Faux. Les différents accidents nucléaires sont là pour le montrer.

Sur ce dernier point (à mon sens le plus important) certains diront que le risque zéro n’existe pas, et que même une centrale à charbon est nocive ou peut exploser et qu’un barrage hydraulique peut céder. Certes, mais les dégâts sont géographiquement limités et n’engagent pas l’avenir pour des centaines d’années.

Pour continuer dans la (mauvaise) blague et à propos de Monsieur le Ministre BESSON qui vient de terminer son rapport « Énergies 2050 », voici ce que je peux dire : Le mécanisme de peur encore et toujours. L’idée est de toujours mettre en avant le surcoût des énergies renouvelables par rapport au nucléaire. Mais voilà; d’une le vrai coût du nucléaire n’est pas encore connu du fait que nous n’avons pas encore démantelé de centrale. À ce propos je soupçonne d’ailleurs les décideurs de repousser l’arrêt des centrales vieillissantes pour exactement ce problème. Le jour où nous aurons le chiffre exact du démantèlement d’une centrale, alors plus aucun politique n’osera faire cette comparaison de prix. Parenthèse fermée. Et de deux, si le coût est effectivement aussi élevé pour les énergies renouvelables, eh bien nous apprendrons à nous en satisfaire. Ce sera peut-être dur. Et alors, nous en avons vu d’autres non ? Le gaspillage a assez duré.

La solution : Nous décidons

Un espoir cependant. N’oublions jamais que nous avons les politiques que nous méritons. Votons donc. Votons lors des élections, quelles qu’elles soient. Mais et surtout, votons avec notre porte-monnaie. Nous avons un pouvoir extraordinaire de choix. Ne laissons pas les petits renoncements du quotidien gâcher l’avenir de nos enfants. Achetons intelligent. Achetons énergies renouvelables.

L’équilibre est source de vie. Essayons d’être équilibrés dans nos comportements, mesurés dans nos consommations et beaucoup de problèmes seront résolus.

Hubert CAMPAN◊

•••
La suite du contenu est réservé aux membres du site. Si vous êtes un utilisateur existant, veuillez s'il vous plaît vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   
Nouvel Utilisateur?
*Veuillez indiquer que vous acceptez les Conditions d'Utilisation
*Champ requis

A propos de l'auteur

Hubert CAMPAN

Voir tous les articles